La justice américaine inculpe Huawei technologie avec 23 chefs d’accusation

Huawei technologie

Une tension grandissante git actuellement entre les deux plus grandes puissances économiques de la planète, à savoir la Chine et les États-Unis. Le gouvernement américain a traduit en justice Huawei technologie, plus précisément deux de ses filiales, ainsi que sa directrice financière. Il y a 23 chefs d’inculpation à son encontre.

Le bras de fer économique entre la Chine et les États-Unis continue. Une forte tension git entre les deux nations. Huawei se trouve de nouveau malgré lui au centre de cette tension. En effet, la firme chinoise fabriquant de Smartphone Huawei est traquée par la justice américaine voilà déjà quelques semaines. Tout d’abord, il y a eu le boycott des produits Apple au profit de Huawei technologie, une initiative incitée par certaines entreprises chinoises.

 

Huawei technologie

 

De l’autre côté, il y a eu la réflexion du président Donald Trump sur une interdiction aux entreprises américaines d’utiliser des produits de Huawei. Finalement, il y a ces 23 chefs d’inculpation à l’encontre de la firme chinoise.

Huawei technologie : Non-respect de l’embargo iranien et vol de technologies

L’administration américaine est ferme à l’égard de Huawei technologie. Ce dernier encaisse deux séries d’accusations de la part de la justice des États-Unis dont la première accusation sur Huawei comporte 13 chefs d’inculpation. On reproche à Huawei ainsi qu’à sa directrice financière Meng Wanzhou, ayant fait l’objet d’une arrestation au Canada, de ne pas avoir respecté l’embargo iranien.

Une deuxième série d’accusations, 10 chefs d’accusation au total, à l’encontre de la firme chinoise a été engagé par la justice américaine. Cette fois-ci, on accuse Huawei technologie d’avoir perpétré des vols de technologie appartenant à T-Mobile sur ses Smartphones Mate 20 Pro. Ajoutée à cela, la firme chinoise est accusée d’avoir violé les secrets industriels de ce même opérateur américain entre 2012 et 2014. Au cœur de l’histoire, un robot nommé Tappy, conçu par T-mobil et qui sert à reproduire le contact d’un doigt humain pour le test de fonctionnalités tactiles sur smartphones.

 

Huawei technologie

 

Le directeur du FBI s’est exprimé comme suit : « Ces chefs d’inculpations mettent en évidence les mauvaises actions entreprises par Huawei qui met en œuvre l’exploitation des sociétés et des institutions financières des États-Unis dans le but bouleverser injustement l’équilibre et la liberté de la concurrence mondiale. »

La Chine et Huawei : Seuls contre tous

Face à ces graves accusations de Cyberespionnage et de vol de technologie, la chine n’est restée muette et dénonce des « manipulations politiques » orchestrées par les États-Unis. Ce dernier, selon la Chine, use du pouvoir de son gouvernement dans le but de ternir l’image de certaines entreprises chinoises afin de les affaiblir. Or, la Chine certifie que ces entreprises agissent en toutes légitimités et légalités. Par ailleurs, beaucoup de pays alliés des États-Unis développent une méfiance grandissante vis-à-vis de Huawei technologie.

C’est notamment le cas de la France qui pourrait surveiller Huawei, voire empêcher l’installation d’appareil chinois si l’on tient compte de l’amendement déposé par l’hexagone la semaine dernière. Mais il n’y a pas que la France qui s’est jointe à cette campagne contre Huawei, il y a aussi d’autres pays comme le Canada, le Japon, la Nouvelle-Zélande ainsi que l’Australie qui ont sévèrement rayé Huawei de la liste des entreprises prétendant à l’installation du réseau 5G sur leurs territoires.

Articles Similaires

Laissez un commentaire